kowPour faire face au terrorisme, le Koweït a mis en adopté une mesure assez particulière et critiquée.
L’information qui a été rapportée par RFI indique que le Parlement de ce riche pays pétrolier a voté ce mercredi suite à une demande du gouvernement, une loi qui ordonne aux koweitiens et aux résidents étrangers de passer un test ADN pour créer une base de données nationale.

Cette loi a pour objectif de permettre de facilement mener les investigations criminelles et policières et arrêter plus rapidement les suspects. Le vote de cette loi intervient après l’attentat suicide perpétré dans une mosquée chiite le 26 juin et revendiqué par l’Etat islamique après avoir tué 26 personnes et blessé 277 autres.

D’autre part, les élus koweitiens ont mis en place un fonds d’urgence évalué à 400 millions de dollars soit 363 millions d’euros pour le financement de cette mesure. Le parlement a aussi prévu des sanctions d’un an de prison assorties d’une amende de 300 000 dollars pour tous citoyens koweitiens qui refuseraient de passer ce test.

Une loi unique

S’il existe plusieurs pays qui disposent d’une base de données conservent une trace de l’ADN de tout individu qui a été déclaré coupable d’un crime, cette loi est unique en son genre vu son caractère obligatoire.